Pourquoi je ne crois pas à ce scoop d’arsenal découvert en Algérie.

Il y a 2 jours, l’agence Reuters a publiée une dépêche concernant la découverte d’une cache époustouflante d’armes sur le sol algérien, « à 200 km d’In Amenas« . Un véritable arsenal de guerre en provenance de Libye. Sauf que le doute est plus que permis sur la véracité de ce scoop.

armementsLibye1. Pas de photo pour supporter l’affirmation. Pour être exhaustif, même dans les précédentes saisies d’armements sophistiqués en Algérie, il n’y avait aucune photo officielle.
Ci-contre, on voit la photo la plus utilisée par les médias algériens lorsque ce type d’information est publié. Or ce « cliché » -au sens propre comme au sens figuré- provient de la guerre civile en Libye. Ce n’est pas une image prise dans le désert algérien.

2. Reuters est la seule agence à mentionner ce fait. Tous les journaux, sites d’informations et médias ayant rapporté cette découverte citent ou s’inspirent de Reuters. L’agence internationale basée à Londres a une excellente réputation. Mais même les meilleurs journalistes au monde peuvent être manipulés s’ils ne recoupent pas leurs informations. Garder un esprit critique et vérifier ce que divulgue la source ne devrait-il pas être la règle?
Toujours est-il qu’aucune autre source ne confirme la découverte de la cache d’armes. La source unique de Reuters étant un « officier des services de sécurité » ayant « demandé à ne pas être nommé« … bref un informateur parmi les « sources autorisées« , « sources dignes de foi« , « sources fiables« , « sources de premier plan » qui font les beaux jours de la presse algérienne.

3. Des détails surprenants.  Voici un extrait du texte de Reuters dans sa version 2 en anglais

« The source said the cache was found in Illizi in southern Algeria, about 200 km (125 miles) from the Amenas gas plant, which Libyan-based Islamist militants attacked in January, killing nearly 40 foreign contractors.

The weapons included 100 anti-aircraft missiles, more than 500 MANPAD shoulder-launched rockets often used against low flying aircraft like helicopters, and hundreds of rocket launchers, rifles, landmines and rocket-propelled grenades, the source added.

He did not give further details on how or when the arms were recovered. »

Comme par hasard, c’est à 200 km d’In Amenas, lieu de la tragédie de la prise d’otages de janvier dernier. On ne sait même pas si c’est au Nord, à l’Ouest ou au Sud d’In Amenas (à l’Est on se retrouverait d’ailleurs en Libye).

Un nombre extraordinaire de missiles et d’armement est cité. Pour transporter une telle quantité, il en faut des camions et des véhicules. Par effet boomerang, cela voudrait dire que la frontière avec la Libye est une véritable passoire.

Passons aux détails. « 500 MANPAD » (Man-portable air-defense systems), il s’agit de missiles légers anti-aériens à très courte portée, dont le modèle le plus répandu en Libye est le SA7 (mais il y a d’autres modèles). Étonnamment, une première version de la dépêche Reuters les présentait uniquement comme des missiles anti-hélicoptères! Sur Twitter, le doute a été émis là dessus. On soupçonnait qu’il s’agissait d’une erreur. Et qu’en fait il s’agissait de roquettes F5 utilisés sur les hélicoptères. De telles roquettes ont été abondamment utilisées d’une façon artisanale sur le champ de guerre libyen. La version 2 du texte de Reuters persiste à dire qu’il y a des missiles anti-aériens (une centaine) d’un côté et des missiles Manpads de l’autre.

En dehors des missiles légers Manpads, la découverte de missiles lourds à moyenne et longue portée est risible. Ils nécessitent des véhicules et outils spécialisés, des engins « tracteurs-érecteurs-lanceurs », des radars de guidage, un personnel qualifié pour les manœuvrer, et toute une infrastructure de logistique autour… bref, le transport de toute cette troupe et de ce matériel dans le désert aurait nécessité un convoi  tout à fait exceptionnel.

missileLibya

Qui peut naïvement imaginer qu’une centaine de missiles, comme celui photographié ci-contre en Libye, peuvent traverser la frontière sensible entre la Libye et l’Algérie? Réponse: tous les médias qui ont scrupuleusement reproduit l’information sans émettre la moindre réserve là dessus. Leur credo est « qu’il vaut mieux avoir tort avec tout le monde qu’avoir raison tout seul« .

4. Une information frelatée ou déformée? Un seul journal algérien a rapportée une information du même genre, dans des proportions et détails différents. Il s’agit d’El Chourouk célèbre pour son penchant dans le sensationnel. Il mentionne aujourd’hui l’interception d’un convoi de deux véhicules tous-terrains aux confins du désert algérien, à proximité des frontières libyenne et nigérienne. L’un des deux véhicules a été neutralisée. L’un des contrebandiers/jihadistes a été tué au cours de l’intervention. L’autre véhicule a réussi à prendre la fuite en direction du Niger.

L’intervention militaire a eu lieu à 200 km de Djanet. Dans le véhicule immobilisé, « 9 missiles anti-aériens et anti-chars » ont été découverts. Le texte d’El Chorouk d’ailleurs aussi des erreurs annexes. Le journaliste tentant de toute évidence à raccorder cet événement à la situation en Tunisie contre toute logique géographique.

S’agit-il du même fait qui a pris des proportions démesurées et irréelles au niveau de la source sécuritaire de Reuters? Nul ne le sait.

5. Faut-il donner une confiance aveugle aux médias? Evidemment non. Comme décrit ci-dessus. Une agence internationale ayant une excellente réputation peut parfois être induite en erreur. Et un journal ayant une crédibilité entamée peut donner parfois la bonne information. Le décryptage des médias est un art, ce n’est pas une science exacte. Mais c’est un art qui s’appuie principalement sur des outils rationnels et une connaissance aiguë du contexte en question.

Dans ce blog, plusieurs scoops ont été contredits et démontés sur la base d’une analyse élémentaire. Le lecteur découvre ici ce qui relève de l’ordre du confidentiel. Ces écrits et réflexions ne viennent ni d’un agent double du DRS, ou d’un espion du Mossad ou de la CIA comme peuvent le penser certains déboussolés. N’importe qui aurait abouti aux mêmes conclusions avec un minimum de doute rationnel. Mais dans notre monde moderne, s’il est admis de publier un mensonge en gros caractères, le doute lui doit se faire petit et silencieux. Le doute est à la source de la remise en question de l’information. C’est le secret de ce blog. Voilà pourquoi aujourd’hui je ne crois pas à ce scoop d’arsenal géant découvert dans le désert algérien.

Baki @7our Mansour

Page Facebook  du blog : www.facebook.com/baki.hour
Page Twitter publique du blog : twitter.com/7ouria

Cet article, publié dans Algeria, Désinformation, jihad, Sahel, Security, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Pourquoi je ne crois pas à ce scoop d’arsenal découvert en Algérie.

  1. Croire ou ne pas croire celà n’engage que que ceux qui pensent qu’il y a des machinations, depuis le temps combien d’armes et de de caches ont découverts l’armée, mais il est trop difficile pour vous d’y croire, tant que le coeur est noir , lance roquettes ou missiles c’est du kif-kif au même ce sont des armes

    • 7our dit :

      Votre commentaire m’inspire la boutade suivante, sous forme de discussion imaginaire:

      – Saddam Hussein était dangereux, il avait des armes de destruction massive.
      – On n’a pas trouvé d’armements nucléaires ou chimiques en Irak après l’invasion.
      – C’est Kif-Kif, il avait de redoutables RPG.

      Voilà, vous pouvez croire ce que vous voulez. Vous pouvez aussi ouvrir votre propre blog et y développer votre « pensée ». Bon courage à ceux qui vous liront alors.

  2. Azooz dit :

    Je pense que vous traduisez mal le texte de Reuters « hundreds of rocket launchers » signifie plus « des centaines de lance-grenades » que « des centaines de lance-missiles ». Ça parle plus de RPG que de SCUD.

    • 7our dit :

      Vous avez mal lu le texte de Reuters et mal interprété mon article. Voici la traduction intégrale de la phrase qui nous intéresse:

      « Les armes incluent 100 missiles anti-aériens, plus de 500 MANPAD des missiles portables à l’épaule et utilisés contre les aéronefs volant à basse altitude comme les hélicoptères, des centaines de lance-roquettes, des fusils, de mines et des grenades RPG. »

      D’après Reuters, il y a d’un côté 100 missiles anti-aériens (je vous invite à consulter cet article en anglais pour voir toute la panoplie de missiles d’origine soviétique ou russe) et de l’autre plus de 500 missiles anti-aériens portables. Il n’est question que de missiles Sol-Air dans la dépêche Reuters. On ne parle pas de Scud ici. Les Scud sont des missiles Sol-Sol.

      Quant aux « centaines de lance-grenades, des fusils, de mines et des grenades RPG » mentionnés. C’est juste des pois chiches au dessus du couscous. Il ne faut pas confondre les pois-chiches avec l’essentiel: la semoule et la sauce du couscous.

  3. DB dit :

    Excellente lecture ! Merci

Règles des commentaires: 1. Restez courtois et respectueux. 2. Pas de copier/coller abusif (maximum quelques lignes). A la place, merci d'indiquer un lien http. 3. Pas de Spam ou de Squat. Le non-respect de ces quelques règles peut valoir une interdiction sans avertissement.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s