10 choses à savoir sur les déclarations de l’ex-général Benhadid.

Le général à la retraite Hocine Benhadid a électrisé l’actualité algérienne ces deux dernières semaines. D’abord par ses deux interviews explosives et ensuite du fait de son arrestation sur plainte du ministère de la défense. Pourquoi a-t-il été mis aux arrêts ? Officieusement, pour « divulgation du secret militaire » selon le site TSA et le journal El Watan. Et en effet, l’ex-général a dit des choses particulièrement graves qui sont rappelées ici. 

Il y a deux volets dans les propos de Hocine Benhadid. Un volet qui relève d’après moi de l’imagination où il donne son regard sur l’évolution du pouvoir algérien avec un regard particulièrement critique et polémique. A ses yeux, le président Abdelaziz Bouteflika n’est conscient qu’une quarantaine de minutes par jour, son frère Saïd est un « malade mental » qui s’est accaparé le pouvoir et a pour ambition d’être président, le général Gaïd Salah n’a pas d’assise, etc. Vrai ou faux ? Rappelons que l’ex-général Benhadid n’est plus dans le circuit privilégié de la hiérarchie militaire depuis plus de quinze ans. Cela ressemble à des affirmations aigries d’un ex-officier déçu de l’évolution du système. Et ses sorties médiatiques ne sont pas exemptes d’incohérences (lire à ce propos l’article de février 2014 intitulé Les non-dits de l’ex-général Hocine Benhadid).

En fait, le volet principal qu’aborde cet article est celui de la période où le général Benhadid avait des responsabilités dans l’armée. On est là dans le domaine du témoignage historique plus ou moins précis. L’accusation de révélation d’un secret militaire ne peut s’appliquer qu’ici.

En dix remarques pour les lecteurs du blog, voici les points à retenir sur ce plan là. D’abord avec ce que l’ex-commandant de la 8ème division blindée a dit dans une première interview, questionné par le journaliste El Kadi Ihsane.

  1. Benhadid affirme que Bouteflika a choisi Ahmed Gaïd Salah comme chef d’état-major en 2005 car ce dernier avait un dossier gênant. Une affaire qui remonte à l’époque où Gaïd Salah dirigeait l’EFOR (Ecole de Formation des Officiers de Réserve). Sans autres détails sur le contenu du dossier.

2. Interrogé sur la longévité dans les maquis de certains chefs terroristes, l’ex-général Benhadid répond « il y a des complicités » et poursuit en impliquant l’ex-n° 2 du DRS « par exemple je vous cite le cas de Smaïn Lamari, (..) il encourageait certains chefs terroristes à rester sur place et à les soutenir. »

3. Benhadid donne comme exemple l’ex-chef de Katiba dans le GIA et fondateur du JHDS (Jamaât Houmat al-Daâwa Salafiya) « Kada Benchiha qui était en Oranie (..) il travaillait avec les services, moi j’ai vécu cette histoire« . Une affirmation qu’il réitère lors de son interview avec la chaîne al-Magharibiya TV : « J’ai vécu cela dans la région militaire n°2, en Oranie, et il y avait Kada Benchiha que je ne nommerai pas Emir mais chef de bande armée, Kada Benchiha travaillait avec les services« .

4. Interrogé sur les destructions de domiciles sur ses ordres par l’armée dans la wilaya de Béchar (lire Béchar se souvient des méthodes expéditives du général Benhadid), l’ex-général conteste le nombre de 17 maisons détruites. Il déclare avoir ordonné la démolition de 3 maisons liées à un réseau de soutien aux terroristes du MEI (Mouvement de l’Etat Islamique) dirigés par Saïd Mekhloufi.

5. Benhadid dit que Saïd Mekhloufi était un agent du DRS. L’un des seuls dirigeants du FIS à avoir échapper à l’arrestation, Mekhloufi était un ancien militaire qui avait séjourné en Afghanistan.

6. Sur l’arrêt du processus électoral en janvier 1992, l’ex-général confirme que des officiers des unités opérationnelles avaient été réunis par les généraux décideurs suite au premier tour remporté par le FIS. Chaque officier devait intervenir pour donner son avis. Celui de Hocine Benhadid était de frauder le second tour afin d’augmenter le poids du FLN et des autres partis dans le parlement. Il était d’avis de laisser le président Chadli Bendjedid cohabiter avec un gouvernement islamiste s’il le fallait pendant cinq ans.

7. Benhadid révèle que dès 1990 l’état-major de l’armée avait des velléités de faire un coup de force contre le président Bendjedid. Il dit que la victoire du FIS aux législatives était voulue pour provoquer l’arrêt du processus démocratique et permettre par la suite l’accaparement des ressources et des biens du pays par les décideurs.

8. Questionné sur le massacre de Bentalha, Hocine Benhadid dit ne pas connaitre les détails du dispositif militaire aux alentours du lieu du drame. Poussé par les questions du journaliste, Benhadid met indirectement en cause le défunt général Fodhil Cherif en le qualifiant de « non-fiable » et explique l’inaction des unités militaires pendant le massacre par un possible mépris des hauts-gradés pour le petit peuple.

9.  Abordant la question du qui tue qui et de la responsabilité dans les tueries, Hocine Benhadid dit au passage « Les massacres ont été commis par les terroristes et les bandes armées et d’autres massacres ont été commis par erreur ou dans certains buts par certains services responsables (..) par certaines unités de l’armée« . Et à un autre moment, il affirme que « les dépassements étaient limités dans l’armée« .

10. Il y a certaines invraisemblances et exagérations dans ces déclarations. En voici un exemple. L’ex-général déclare sur les chefs terroristes : « ils meurent tous, ils vont tous mourir, tous les terroristes vont mourir, sans exception« . Pourtant Abdelhak Layada fondateur du GIA, Hassan hattab fondateur du GSPC et d’autres ont été amnistiés et sont libres. En finalité, les interviews de l’ex-plus jeune général de l’armée populaire nationale rendent plus que jamais nécessaire un véritable processus de recherche de la vérité. Un souhait de démarche de justice et de devoir de mémoire débouchant sur une véritable réconciliation nationale. Mais ceci n’est pas dans les plans du pouvoir algérien. (lire l’article précédent Vive la fausse réconciliation sans justice ni vérité !)

Baki @7our Mansour

Page Facebook  du blog : www.facebook.com/baki.hour
Page Twitter publique du blog : twitter.com/7ouria

Cet article, publié dans Algeria, jihad, Security, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Règles des commentaires: 1. Restez courtois et respectueux. 2. Pas de copier/coller abusif (maximum quelques lignes). A la place, merci d'indiquer un lien http. 3. Pas de Spam ou de Squat. Le non-respect de ces quelques règles peut valoir une interdiction sans avertissement.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s