Crash d’un avion EADS CASA C-295 militaire algérien dans le sud de la France.

Cet article a été publié le 9 novembre 2012, et a ensuite fait l’objet d’ajouts et d’une actualisation jusqu’au 17 novembre 2012. Pour s’informer plus sur cet accident, lire l’article connexe "Buzz du complot autour du crash du Casa C-295", texte qui revient sur différentes hypothèses de complot vues sur Internet.

Un avion de transport de fret de l’armée de l’air algérienne, qui venait de Paris-Bourget et regagnait l’Algérie, s’est écrasé ce vendredi après-midi en Lozère au sud de la France.

Il y avait à bord cinq militaires et un représentant de la Banque d’Algérie, dont les identités ne sont pas encore connues. L’appareil transportait du papier fiduciaire servant à la fabrication de billets de banque, aurait déclaré une source proche du dossier à l’AFP.  Qui dit papier fiduciaire dit cargaison sensible à transporter dans des conditions particulièrement drastiques. Selon un communiqué du ministère algérien de la défense (MDN), c’est "lors de l’exécution d’une mission d’acheminement d’équipements au profit de la Banque d’Algérie à partir de la France" que l’avion de transport des forces aériennes s’est écrasé.

En croisant les différentes informations provenant de la gendarmerie française et d’autres médias, l’avion serait un bimoteur EADS CASA C-295  immatriculé 7T-WGF, du même type que celui qui est sur la photo ci-jointe (Crédit image: Marc-A Veillard | PictAero.com avion matricule 7T-WGE). L’armée de l’air algérienne détenait 6 appareils CASA C-295 pour la surveillance maritime et le transport de fret.

D’après l’AFP, un morceau de la carlingue de l’avion, initialement confondue avec un parachute par un témoin, a été aperçu dans les airs. Cela signifierait une désintégration de l’aéronef dans les airs.

A l’heure actuelle, pas d’information concernant l’équipage et les passagers. "La section de recherches de la gendarmerie de l’air de Paris et l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale ont été dépêchées sur place pour déterminer les causes du crash."

Selon le MDN, "Le crash et la destruction de l’avion ont été confirmés par les autorités françaises et il a été procédé à la mise sur pied d’une commission des forces aériennes pour déterminer les causes et les circonstances exactes de cet incident".

Selon la gendarmerie, l’avion s’est écrasé vers 15 h 45. Le lieu du crash, un champ dans une région inhabitée, escarpée et boisée à proximité du village de Trelans est situé à une altitude de 1000 m, sur la frontière entre Lozère et Aveyron. La météo y était brumeuse.

Actualisé le 9/11 à 22h 11:

Le Parisien "..l’incendie de l’avion n’a pu être circonscrit qu’au bout de plusieurs heures. Un des corps a été découvert dans le poste de pilotage et trois autres dans la carlingue disloquée du cargo." "
Des recherches étaient toujours en cours pour retrouver les deux disparus."

Actualisé le 9/11 à 23h 26: Les premières images du crash et des opérations de secours, images provenant de twitter.

Actualisé le 9/11 à 22h 51:

Journal El Khabar:

D’après le Journal El Khabar (article en arabe), le cadre décédé de l’imprimerie de la Banque d’Algérie serait M. Cherif Mohammed, qui travaillait à l’hôtel de la monnaie depuis près de 32 ans. Il était dans la "cinquantaine".

L’avion qui contenait des "matières premières" pour l’imprimerie de la Banque d’Algérie avait pour destination l’aéroport militaire de Boufarik en Algérie.

Il s’agit du 3ème accident aérien touchant les forces de transport aérien de l’armée algérienne.

Actualisé le 10/11 à 00h 19:

France 3 TV:  Le site a  publié une photo de l’épave de l’avion et le témoignage vidéo du Préfet de la Lozère. Extrait "Selon les premières informations données par France 3 Languedoc-Roussillon, l’avion, qui chutait, aurait explosé avant de toucher le sol." "L’avion est tombé en plein champ", a ensuite déclaré le préfet au micro de France 3.

Des informations à prendre au conditionnel en attendant d’en savoir plus.

Actualisé le 10/11 à 02h 31:

Midi-Libre: Crash de l’avion algérien : les six corps finalement retrouvés. (Cette info est fausse)

Mais contradiction avec un site local qui indique que la recherche des 2 disparus se poursuit:

"4 corps ont été désincarcérés dans la soirée. 2 autres sont toujours recherchés dans les débris de l’avion. Cette nuit, des renforts et experts militaires nationaux doivent se rendre sur les lieux du crash. Ils sont en provenance de Paris, Clermont-Ferrand et Lyon. Ils vont procéder ce matin à l’identification des corps."

Actualisé le 10/11 à 11h 30:

TF1.fr : "Deux autres personnes qui se trouvaient à bord de l’appareil sont encore portées disparues.
Et la météo, défavorable vendredi lors de l’accident, n’est guère plus propice ce samedi aux travaux de recherches. La pluie qui tombe à verse sur cette zone peu habitée de Lozère complique le travail des sauveteurs, qui s’attendent à ce que les fouilles s’étendent sur plusieurs jours. Le plafond nuageux est trop bas pour permettre aux hélicoptères de quadriller la zone. 80 CRS venus de Carcassonne ont été dépêchés sur les lieux pour aider."

Sur France 24 TV, un témoin dit avoir entendu l’avion passer au dessus du village, avec de gros problèmes, avant qu’il s’écrase.

A l’heure actuelle, on ne peut faire que des suppositions. L’un des deux pilotes et un passager ont peut-être été happés à l’extérieur de l’habitacle dans les airs, ce qui explique leur absence du lieu principal du crash. En particulier, un seul corps dans le cockpit pourrait signifier que le deuxième membre de l’équipe de pilotage intervenait pour régler un problème technique à un autre endroit. Cela reste des hypothèses d’explication.

Actualisé le 10/11 à 15h 22:

Selon le journal Midi Libre, "La boite noire de l’appareil a été retrouvée et permettra d’en apprendre un peu plus sur les raisons de l’accident." D’autre part, "D’après les enquêteurs, l’avion se serait disloqué en plein vol. La dislocation s’expliquerait par la rapidité de la chute, a également précisé le procureur, lors d’une conférence de presse à Trélans." La recherche des deux disparus se poursuit, "les secours vont devoir retourner l’appareil afin de vérifier si leurs corps ne sont pas sous la carcasse."

"La zone du crash s’étend sur plus de deux kilomètres. La queue de l’appareil ici, les débris d’une aile un peu plus loin, une valise, et puis en contrebas, sur la cime d’un petit mamelon, ce qui reste, vraisemblablement, du cockpit. "

Actualisé le 10/11 à 15h 36:

Ci-dessous, une ancienne photo de l’appareil immatriculé 7T-WGF qui s’est crashé en France (Image Credit: Karel Bohac | planes.cz)

Actualisé le 10/11 à 20h 57:

Site 20 Minutes : Les deux disparus ont été retrouvés sous la carcasse de l’avion C-295. "«Les deux corps manquants viennent d’être retrouvés à l’intérieur de la carlingue», a indiqué samedi en fin d’après-midi le préfet de Lozère, Philippe Vignes, alors que s’achevaient les opérations de relevage de l’avion."

Les causes de l’accident restent mystérieuses, il faut attendre l’analyse de la boîte noire pour en savoir plus. "Plusieurs témoins de la scène ont en effet fait état d’une chute très brève." Témoin 1: "On a entendu un très grand bruit, on est sorti pour voir et on a tout de suite compris que c’était un avion, mais ça a vraiment été très bref." Témoin 2: "Nous avons entendu des déflagrations, puis nous sommes montés en haut du village et avons vu un avion en train de brûler." Et "Le maire, Bertrand Cayrel, dit avoir entendu un «grand bruit» et «vu un panache de fumée», avant d’apercevoir l’appareil «tressauter»".

Actualisé le 11/11 à 11h 42:

Plusieurs détails aujourd’hui en provenance du site du Midi Libre, article Lozère "Crash de l’avion : l’enquête sur l’accident s’annonce longue". On y apprend qu’aucun matériel militaire, et aucune substance toxique n’étaient embarquées à bord du CASA C-295 M.

L’enquête s’annonce difficile et longue, des inspecteurs français de la Section de recherches de l’armée de l’Air et du Bureau enquête accident défense (BEAD) ainsi que des enquêteurs du ministère algérien de la Défense. 200 pompiers et militaires ramassaient hier les débris du Casa C-295, éparpillés sur plusieurs km.

Selon Midi Libre, "Une “fatigue” de la structure n’est pas impossible, l’appareil ayant brutalement perdu de l’altitude : "L’avion a été soumis à une descente sévère et à de telles contraintes que la cellule peut s’être cassée net", expliquait ainsi Simon-Pierre Delannoy, commandant de la section de recherches de l’armée de l’Air."

A noter que "les lieux(sont) strictement préservés des regards trop curieux", même le correspondant du journal en a fait les frais. "Hélas pour lui et pour vous lecteurs, le reporter de Midi Libre a été conduit sous la tente du PC où il s’est vu contraint de faire disparaître toutes ses photos." Et l’article se termine par "Il n’a pas obtempéré lorsque les autorités algériennes lui ont ordonné de fournir ses autres cartes flash. Midi Libre ne saurait tolérer cet abus de pouvoir des responsables algériens et condamne ce grave manquement à la liberté de la presse.
La Lozère n’est pas l’Algérie messieurs les censeurs !"

La raison d’une telle censure n’est pas uniquement due à un respect d’une scène d’accident, mais aussi pour ne pas révéler de photos des enquêteurs algériens, dont certains proviennent probablement des services secrets. Une opacité coutumière aux algériens.

Actualisé le 11/11 à 18h 21:

Le Temps DZ : Le ministre algérien des Finances Karim Djoudi à propos de l’existence dans l’avion de papier fiduciaire, «Je n’ai aucun commentaire à ce sujet. Je ne dispose d’aucune information».

Actualisé le 12/11 à 19h 40:

La Nouvelle République: "Les corps devraient être rapatriés en Algérie en présence des autorités civiles et militaires algériennes et françaises" et en présence de l’ambassadeur Missoum Sbih. La levée des corps aura lieu à Nîmes.

Actualisé le 14/11 à 11h 58:

L’agence de presse officielle algérienne confirme qu’il y avait bien "une cargaison de papier fiduciaire pour la fabrication de billets pour la Banque d’Algérie" à bord de l’avion Casa C-295 qui "s’est disloqué en plein vol".

Mardi après-midi, une cérémonie en leur hommage a été organisée par le consulat d’Algérie à Montpellier.

Les corps des six victimes seront rapatriés ce mercredi.

Actualisé le 14/11 à 20h 50:

Le lieutenant-colonel Mustapha Hadj Djilali a été inhumé aujourd’hui mercredi à Aïn Defla. "Le défunt âgé de 42 ans était marié et père d’une fillette de 5 ans" a appris le journal El Watan de sources locales.

Selon El Watan, Mourad Kerrouch, père de trois enfants, est autre militaire mort dans le crash du Casa C-295. Il s’agit de. Il a été enterré aujourd’hui à Ain Bénian dans la daira de Hammam Righa, wilaya de Ain Defla.

Actualisé le 16/11 à 18h 18:

L’enquête suit son cours après l’accident d’avion vendredi en Lozère. D’après le site local Totem, "des analyses toxicologiques ont été effectuées dans la préfecture du Gard. Ce jeudi soir (hier soir), l’ensemble des recherches sur le périmètre de sécurité doivent être levées. Les risques de pollution, liés notamment au kérosène, ont été traités cette semaine."

Dernière actualisation le 17/11 à 14h 40:

Lire l’article "Buzz du complot autour du crash du Casa C-295" qui revient sur différentes hypothèses de complot lues sur Internet.

Fin de l’actualisation de cet article le 17/11. 

Vous pouvez me suivre sur Facebook: www.facebook.com/baki.hour (visible si vous êtes connecté) ou Twitter: www.twitter.com/!/7our

       

Cette entrée, publiée dans Algeria, est taguée , , , , . Bookmarquez ce permalien.

2 réponses à Crash d’un avion EADS CASA C-295 militaire algérien dans le sud de la France.

  1. Ping : Le blog @7our fête 1 an d’existence. Liste des articles par catégorie. | Un regard averti sur l'Algérie et le Monde.

  2. Ping : Buzz du complot autour du crash du Casa C-295. | Un regard averti sur l'Algérie et le Monde.

Les commentaires sont fermés.