Algérie: Resserrement budgétaire en 2012.

Plusieurs articles récents ont abordé la question de l’impact de la chute du pétrole sur l’économie algérienne. Essayons d’y voir plus clair dans les arcanes voilées du budget de l’Etat. Le document de référence pour anticiper sur les évolutions budgétaires est issu de la documentation du Fonds Monétaire International (FMI) fin 2011. Voilà ce qu’il projetait pour l’an passé.

D’après le FMI, le budget 2011 de l’Etat algérien devait être en équilibre pour un prix du pétrole aux alentours de 100 $ le baril. « L’orientation budgétaire expansionniste de ces dernières années a cependant rendu la situation budgétaire vulnérable aux fluctuations des cours du pétrole, le prix permettant d’équilibrer le budget étant aujourd’hui (en 2011) légèrement supérieur à 100 $ le baril », avait averti le Fonds.

Qu’en est-il pour 2012 ? Par extrapolation, au vu des augmentations de dépenses décidées par le gouvernement – notamment les hausses de salaires avec un rappel de plusieurs années pour certaines catégories de fonctionnaires – le prix d’équilibre 2012 serait lui passablement supérieur à 110 $ le baril. Et certains vont même plus loin, d’après El Watan, certains économistes situent le prix du baril nécessaire pour l’équilibre budgétaire (en 2012) à près de 137 $ !

A combien est vendu le baril de pétrole algérien ? Le pétrole « Sahara Blend » issu des puits de Hassi Messaoud, de Hassi Berkine, etc… a un prix plus ou moins corrélé à celui du Brent de la mer du Nord. Ainsi, cette dépêche Reuters, citant plusieurs traders des marchés internationaux, indique une vente d’une cargaison à un prix légèrement inférieur de 2$ au cours du Brent. A l’heure de la rédaction de cet article, le cours du baril Brent est de 97,2$.

Le budget de l’Algérie est donc effectivement en situation déficitaire, ce qui va pousser le gouvernement à reporter certaines dépenses d’investissement, retarder des chantiers d’équipement, restreindre le crédit à des structures comme l’Agence Nationale de Soutien à l’Emploi de Jeunes (ANSEJ), etc… et de façon concomitante augmenter la pression fiscale avec les rares leviers encore possibles.

Telle sera la situation cette année 2012. Pour les années suivantes, il faudra prendre en compte la finalisation de plusieurs projets gaziers pour y voir plus clair. On y reviendra dans un prochain article.

Baki @7our Mansour

Page Facebook  du blog : www.facebook.com/baki.hour
Page Twitter publique du blog : twitter.com/7ouria

Cet article, publié dans Algeria, Economy, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Algérie: Resserrement budgétaire en 2012.

  1. Ping : Le blog @7our fête 1 an d’existence. Liste des articles par catégorie. | Un regard averti sur l'Algérie et le Monde.

Règles des commentaires: 1. Restez courtois et respectueux. 2. Pas de copier/coller abusif (maximum quelques lignes). A la place, merci d'indiquer un lien http. 3. Pas de Spam ou de Squat. Le non-respect de ces quelques règles peut valoir une interdiction sans avertissement.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s