Sortie du rapport du département d’Etat américain sur les droits de l’Homme en Algérie.

Le département d’Etat américain a publié ce jeudi 24 mai son rapport sur la situation des droits de l’Homme dans le monde. La page concernant l’Algérie nous donne un descriptif instructif de la vision américaine sur le régime politique algérien. Ce qui suit est un résumé non exhaustif, et le lecteur est invité à consulter le texte intégral sur le lien indiqué précédemment.

Ce document pointe trois atteintes importantes aux droits de l’Homme: les restrictions sur la liberté de réunion et d’association, l’impossibilité des citoyens à changer l’exécutif de l’Etat, notamment à la lumière des révisions constitutionnelles de 2008 qui permettent au président de briguer un nombre illimité de termes du mandat, et la difficulté de faire un compte-rendu des disparitions, en particulier des cas de disparitions des années 1990.

Le rapport signale d’autres atteintes comme les assassinats extrajudiciaires, l’abus de la détention provisoire, des conditions carcérales déplorables, des abus envers des prisonniers, et l’absence d’indépendance judiciaire. Ainsi qu’une corruption généralisée couplée à une transparence limitée dans les rouages de l’Etat. Les autorités algériennes sont soupçonnées d’utiliser le climat sécuritaire pour restreindre la liberté d’expression et de mouvement. Toujours selon le rapport, les femmes restent victimes de violences et de discriminations, et le gouvernement a maintenu les restrictions sur les droits des travailleurs.

L’impunité des forces de l’order demeure un problème. Le gouvernement algérien n’ayant pas fourni d’informations publiques sur les mesures prises contre des fonctionnaires de la police ou des services de sécurité ayant outrepassé leurs prérogatives.

Dans son ensemble, le rapport est une synthèse de faits rapportés par la presse au cours de l’année 2011.

Concernant les relations avec les Nations Unies, le rapport signale que l’Algérie continue de refuser différentes demandes de visites

  • du Groupe de travail des Nations unies sur les disparitions forcées ou involontaires (en suspens depuis 1997),
  • le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture (en suspens depuis 1997),
  • le rapporteur spécial des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires (en suspens depuis 1998),
  • le rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l’homme et lutte contre le terrorisme (en suspens depuis 2006), 
  • et le rapporteur spécial des Nations unies sur la détention arbitraire (en suspens depuis 2009).

Le rapport du département d’Etat revient sur la visite en Avril 2011 du Rapporteur spécial sur la liberté d’opinion et d’expression de l’ONU Frank La Rue. Initialement, l’Algérie ne voulait pas qu’il rencontre des organisations non reconnues ou non autorisées, que ce soit des partis politiques ou des ONG. M La Rue avait quand même tenu des réunions fructueuses avec des représentants de la société civile. Les rédacteurs américains pointent les propos désobligeants du ministre de l’Intérieur Daho Ould Kablia vis à vis des recommandations de M La Rue. Daho Ould Kablia ayant déclaré que ces recommandations étaient « inappropriés » et ayant ajouté que « ceux qui veulent nous donner des leçons doivent veiller à ne pas le faire ».

S’il y a un aspect à retenir de ce rapport, c’est la mauvaise volonté du régime algérien à respecter et faire respecter les droits de l’Homme, en contradiction avec les conventions internationales signées par l’Algérie.

Baki @7our Mansour

Page Facebook  du blog : www.facebook.com/baki.hour
Page Twitter publique du blog : twitter.com/7ouria

Cet article a été publié dans Algeria, Politics, Security, US. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Sortie du rapport du département d’Etat américain sur les droits de l’Homme en Algérie.

  1. Ping : Le blog @7our fête 1 an d’existence. Liste des articles par catégorie. | Un regard averti sur l'Algérie et le Monde.

  2. CHALABI Rachid dit :

    les prisonniers en Algérie ne sont pas traités sur un pied d’égalité.chaque année le président de la république decrète la grace aux prisonniers d’une manière discriminatoire. il y a des prisonniers qui n’ont jamais bénéficient de la grace, et il y a des prisonniers qui bénéficient d’une grace de 24 mois et il y a d’autres qui bénéficient que trois mois. cela constitue une violation de l’article 26 du pacte international relatif aux droits civils et politiques.

    • 7our dit :

      Une grande injustice sur ce plan là vient de la loi sur la concorde civile. Des personnes ayant commis des crimes de sang ont été aministiées et libérées, et d’autres qui ont été condamnées sans preuves demeurent toujours en prison…

  3. Ping : Droits de l’Homme: la pression internationale augmente sur Bouteflika. | Un regard averti sur l'Algérie et le Monde.

  4. il y a des violations des droits de l’homme très grave qui n’ont pas été déclarés dans le rapport du département américain. s’agissant des milliers de jeunes chomeurs qui se trouvent actuellement dans les prisons d’Algérie pour non payement des pensions alimentaires. ces prisonniers n’ont aucun revenu et aucune ressource. or, l’Etat n’a pas voulu aider ces gens malgré les recettes importantes du pétrole et malgré les 200 milliards de dollar de réserve. la pension alimentaire est fixée à 3000 dinars pour tout le monde que ce soit pauvre ou riche.

    • 7our dit :

      Il s’agit là d’une punition disproportionnée. L’incarcération est abusivement appliquée à l’un des parents, à une période cruciale de son existence et de celle de son ou de ses enfants. Il s’agit d’une loi parmi d’autres qui compromet l’avenir d’une partie de la population et qui peut entraîner une marginalisation durable au prétexte de réprimer le non-versement de la pension alimentaire.

      Il faudrait agir pour que la pension alimentaire soit indexée sur les revenus, et étudier la possibilité d’un fonds de garantie pour couvrir les défaillances des personnes sans revenus. Tout cela nécessite une remise à plat de la Loi pour l’orienter vers une plus grande justice sociale. Dans cette question, il faudrait une dé-délictualisation. Le fait d’en parler ici et ailleurs fera avancer le débat, étape nécessaire vers un changement à venir.

Règles des commentaires: 1. Restez courtois et respectueux. 2. Pas de copier/coller abusif (maximum quelques lignes). A la place, merci d'indiquer un lien http. 3. Pas de Spam ou de Squat. Le non-respect de ces quelques règles peut valoir une interdiction sans avertissement.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s