Constituante Tunisie 2011: Comment un raz de marée islamiste d’Ennahda a été évité.

Initialement publié le 31 octobre 2011 sur posterous.

En ce printemps – du latin primus, premier, et tempus, temps – démocratique arabe, il faut tout d’abord féliciter les électrices et les électeurs tunisiens. Ils ont fait leur choix. La démocratie s’est exprimée à travers les urnes. Les députés de la constituante ont maintenant toute la légitimité nécessaire pour entamer leurs travaux, et rédiger une constitution que nous espérons garante d’une période de stabilité et de prospérité pour le peuple tunisien.

Dans un précédent article, daté du jeudi 20 octobre dernier, l’un des points signalés comme étant particulièrement favorable à l’expression populaire lors d’une transition démocratique est le choix du scrutin proportionnel. L’objet du présent article est d’apporter un éclairage particulier à cet argument.

L’élection tunisienne du 23 octobre 2011 s’est faite au scrutin proportionnel à un seul tour au plus fort reste. Il y avait 33 circonscriptions en Tunisie et à l’étranger, suivant un découpage géographique, essentiellement inspiré de la division administrative en gouvernorats pour ce qui est du territoire national tunisien. L’électeur devait cocher sur son bulletin de vote la case du parti choisi, parmi une liste d’une centaine de protagonistes.

Il ne s’agit pas ici de donner les résultats détaillés. Le lecteur peut les trouver sur d’autres sites comme par exemple tunisia-live.com ou isie.tn. Ni de faire de la prospective sur la recomposition du champ politique tunisien. En fait, le propos de cette réflexion ne porte pas sur l’interprétation des choix électoraux. Il s’agit plus d’une approche technique, composée d’une analyse et ensuite d’une extrapolation.

Le tableau récapitulatif suivant résume pour chaque circonscription les résultats du 23 octobre. Y sont indiqués les noms des deux partis arrivés en première et seconde positions, avec sur la ligne en dessous le pourcentage des voix exprimées obtenu localement.

Zone Premier Second Zone Premier Second Zone Premier Second
Ariana   Ennahda Ettakatol Beja  Ennahda Aridha Ben Arous Ennahda Ettakatol
8 Sièges 35.39% 13.71% 6 Sièges 29.60% 7.23% 10 Sièges 41.53% 12.61%
Bizerte Ennahda CPR Gabes Ennahda CPR Gafsa Ennahda CPR
9 Sièges 40.02% 7.74% 7 Sièges 51.78% 9.71% 7 Sièges 39.55% 7.78%
Jendouba Ennahda Aridha Kairouan Ennahda Aridha Kasserine Ennahda CPR
8 Sièges 29.33% 11.01% 9 Sièges 41.39% 17.74% 8 Sièges 33.85% 6.77%
Kebili Ennahda CPR Kef Ennahda Aridha Mahdia Ennahda Aridha
5 Sièges 39.39% 27.33% 6 Sièges 25.71% 7.77% 8 Sièges 30.17% 7.19%
Manouba Ennahda CPR Medenine Ennahda CPR Monastir Ennahda Moubadara
7 Sièges 39.34% 9.04% 9 Sièges 46.96% 9.71% 9 Sièges 31.95% 17.50%
Nabeul 1 Ennahda CPR Nabeul 2 Ennahda CPR Sfax 1 Ennahda CPR
7 Sièges 30.51% 12.02% 6 Sièges 28.75% 13.79% 7 Sièges 46.57% 10.03%
Sfax 1 Ennahda CPR Sidi Bouzid Aridha Ennahda Siliana Ennahda Aridha
9 Sièges 37.37% 12.85% 8 Sièges 58.68% 24.07% 6 Sièges 27.42% 8.48%
Sousse Ennahda Moubadara Tataouine Ennahda Aridha Tozeur Ennahda Loyauté
10 Sièges 35.19% 21.36% 4 Sièges 61.21% 5.88% 4 Sièges 42.01% 5.63%
Tunis 1 Ennahda Ettakatol Tunis 2 Ennahda Ettakatol Zaghouan Ennahda Aridha
9 Sièges 45.43% 13.00% 8 Sièges 29.93% 18.95% 5 Sièges 33.45% 8.74%
France 1 Ennahda CPR France 2 Ennahda CPR Italie Ennahda Aridha
5 Sièges 33.52% 12.49% 5 Sièges 56.48% 16.53% 3 Sièges 49.00% 11.31%
Allemagne Ennahda Monde Arabe Ennahda CPR Reste du Monde Ennahda CPR
1 Siège 42.77% 2 Sièges 45.62% 14.24% 2 Sièges 36.81% 19.49%
Légende et choix des couleurs:
Ennahda obtient plus de 50% des voix
Ennahda obtient entre 40% et 50% des voix
Ennahda obtient entre 30% et 40% des voix

Aridha obtient plus de 50% des voix

1. Analyse succinte des résultats bruts

Ennahda de Rached Ghannouchi est « l’unique acteur incontournable » de ces élections. Il arrive en première position dans la quasi totalité des circonscriptions. La seule zone qui lui échappe est celle de Sidi Bouzid, berceau de la révolution tunisienne. Il y est devancé par la liste «Pétition populaire pour la justice et le développement» plus connue sur place sous le nom d’Aridha. Pour les besoins de cet article, il n’a pas été tenu compte de l’invalidation de six listes Aridha par l’instance Supérieure Indépendante pour les Elections (ISIE).

Ensuite c’est le Congrés Pour la République (CPR) de Moncef Marzouki qui dispose de la meilleure couverture, il est 15 fois second. La liste Aridha de Hechmi Hamdi est la première sur Sidi Bouzid, et se retrouve 9 fois seconde. Suivent les formations d’Ettakatol de Mustapha Ben Jaâfar (4 fois second), Moubadara (2 fois second) et Loyauté envers les martyrs (1 fois second).
Autre remarque, sur les 33 circonscriptions, les partis concurrents d’Ennahda ont dépassé la barre des 20% seulement trois fois!.

2. Extrapolation: Que se serait-il passé si le scrutin uninominal majoritaire à deux tours avait été utilisé à la place de la proportionnelle?

Imaginons que le vote tunisien ait été fait suivant le système en vigueur lors des législatives en France. Avec le scrutin uninominal majoritaire à deux tours, l’électeur doit voter pour un candidat et non une liste. Au vu des résultats du premier tour, on sélectionne les 2 premiers arrivés pour le second tour (éventuellement le troisième arrivé en France s’il obtient au moins 12,5 % des inscrits, d’où la possibilité de triangulaire).
Pour les besoins de notre démarche méthodologique, on utilisera les hypothèses de travail suivantes:

  • On suppose que notre vote a eu lieu dans 217 circonscriptions individuelles. Chaque circonscription-siège reproduisant localement les mêmes proportions entre les différents partis que ceux de la circonscription-zone dont elle fait partie. Ainsi pour la zone de Ariana, pour chacun des 6 circonscriptions-sièges, Ennahada aurait eu 35,39%.
  • Le vote du 23 octobre étant l’équivalent d’un 1er tour, il nous faut extrapoler les résultats du second tour en fonction des taux de suffrages obtenus au premier. Considérons alors les règles suivantes, quelque peu minimisantes pour Ennahda. Là où ce parti a obtenu entre 40% et 50% des suffrages, il aurait finalement remporté les sièges. Et on affecte à Ennahda la moitié des sièges où ce parti a obtenu entre 30% et 40% des voix. En d’autres termes, on imagine un rassemblement large et mobilisateur des autres partis (y compris Aridha) contre Ennahda. Les concurrents d’Ennahda partent d’un score relativement faible et doivent obtenir l’appoint de toutes les autres forces. En d’autres termes, dans cette extrapolation, nous avons sous-estimé Ennahda et passablement exagéré l’efficacité des autres composantes politiques.

Qu’en est-il des résultats dans notre élection extrapolée? Au premier tour, Ennahda remporte 16 sièges et Aridha 8 sièges. Au second tour fictif, le parti islamiste obtient 100% des sièges là où

Ennahda obtient entre 40% et 50% des voix
soit 63 sièges; et 50% des sièges où
Ennahda obtient entre 40% et 50% des voix
soit 45 sièges. Cela fait un total de 124 sièges sur 217, soit une proportion d’environ 60%.
Il est certain qu’avec le mode de scrutin uninominal à 2 tours, le parti Ennahda aurait eu une majorité absolue confortable, sans avoir besoin de s’allier ou de composer avec les autres forces politiques. Il aurait eu au moins 60% des sièges, et de façon crédible largement plus que 60%, au vu des hypothèses précédentes.


Raison de plus d’insister sur la pertinence du choix du vote proportionnel pour le choix de la Constituante en Tunisie, et in extenso pour d’autres pays arabes qui on l’espère renouvelleront cette expérience. Avec ce type de scrutin, le poids du parti de Rached Ghannouchi dans l’assemblée constituante, soit 41,47% des sièges, est conforme au nombre de voix recueillis globalement. Il a en effet obtenu 1.501.418 voix (sous réserve de confirmation des résultats provisoires) sur un total de 3.702.627 votes exprimés, soit 40,55% du corps électoral s’étant exprimé (Calcul fait par l’auteur car nombre d’articles confondent malencontreusement % de suffrages et % de sièges.).

Alors félicitations aux électrices et électeurs tunisiens. Sans oublier les membres du conseil de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique, sans qui cette réussite électorale aurait eue un goût de monopole politique. Sortie d’une longue période de dictature, la Tunisie avait besoin que toutes ses sensibilités s’expriment. Le vote du 23 octobre a donné la meilleure photographie possible des forces politiques en présence.

En écartant la diversité politique à cette étape cruciale, un raz de marée islamiste n’aurait pas été une réelle avancée démocratique. On se serait alors retrouvé dans une configuration ayant certaines similitudes (mais pas toutes car Ennahda n’est pas le FIS) avec le vote algérien du 26 décembre 1991. Les organisateurs du scrutin tunisien ont eu cette sagesse que n’ont pas eu leurs prédecesseurs algériens. Je reviendrai là dessus lors de mon prochain article.

Baki @7our Mansour

Page Facebook  du blog : www.facebook.com/baki.hour
Page Twitter publique du blog : twitter.com/7ouria



Cet article, publié dans Algeria, Arab world, Politics, Tunisia, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Constituante Tunisie 2011: Comment un raz de marée islamiste d’Ennahda a été évité.

  1. Ping : Le blog @7our fête 1 an d’existence. Liste des articles par catégorie. | Un regard averti sur l'Algérie et le Monde.

  2. Ping : Avec un scrutin à la proportionnelle, le FIS aurait-il gagné en décembre 1991? « 7our

Règles des commentaires: 1. Restez courtois et respectueux. 2. Pas de copier/coller abusif (maximum quelques lignes). A la place, merci d'indiquer un lien http. 3. Pas de Spam ou de Squat. Le non-respect de ces quelques règles peut valoir une interdiction sans avertissement.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s