Pouvoirologie: Saïd Bouteflika au premier rang.

Pouvoirologie, voici un néologisme qui peut surprendre. Ce mot (inventé au cours d’échanges sur Twitter avec @themoornextdoor) désigne en quelque sorte l’étude du fonctionnement interne du pouvoir algérien. Comment s’opèrent les prises de décisions? Comment évoluent les idées, les fidélités et les ambitions des acteurs politiques algériens? Comment se répartit le rapport de forces entre les différents clans du pouvoir? Autant de questions difficiles tant le goût immodéré du secret rend le pouvoir d’Alger opaque et impénétrable au regard extérieur.

Prenons cette photo prise lors des obsèques de l’ancien président Chadli Bendjedid (Image Credit http://www.news.cn) le lundi 8 octobre dernier.

Qu’y a-t-il à remarquer? Sur cette photo, on voit dans l’ordre de droite à gauche, d’abord les délégations étrangères :

  1. le chef de l’état-major de l’Armée tunisienne Rachid Ammar au second rang, il était derrière le ministre tunisien des Affaires étrangères, Rafik Abdesselam qui n’est pas visible sur cette photo,
  2. le ministre marocain des Waqfs et des Affaires religieuses, Ahmed Taoufiq,
  3. le fils de l’émir du Qatar Cheikh Joaane Ben Hamad Al Thani,
  4. Omar Azzimane, conseiller du roi Mohamed VI,
  5. le ministre marocain des Affaires étrangères, Saad Eddine El Otmani,
    et ensuite le pouvoir algérien à travers ses institutions officielles et visibles :
  6. le président du Sénat, Abdelkader Bensalah,
  7. le président Abdelaziz Bouteflika, qui a récemment battu le record de longévité à la présidence,
  8. l’ancien président du HCE Ali Kafi,
  9. masqué par l’imam ici, le chef de l’état-major de l’Armée Nationale Populaire (ANP), Ahmed Gaïd Salah,
  10. le président de l’Assemblée Populaire Nationale (APN), Mohamed Larbi Ould Khelifa avec des lunettes noires,
  11. le ministre délégué auprès du Ministre de la Défense Nationale (lequel Ministre est en théorie A. Bouteflika), Abdelmalek Guenaizia,
  12. le Premier Ministre Abdelmalek Sellal,
  13.  le président du Conseil Constitutionnel, Tayeb Belaïz,
  14. Saïd Bouteflika, conseiller à la présidence, et frère du président
  15. un garde du corps,
  16. et des inconnus sur la gauche (membres de la famille du défunt?).

Quelques remarques. Tout d’abord, l’absence de l’ancien président Liamine Zeroual, lequel rechigne à participer à toute cérémonie officielle depuis qu’il s’est retiré de la présidence en 1999.

Ensuite, sur les différents pouvoirs constitutifs de la république algérienne, c’est-à-dire les trois pouvoirs tels que mentionnés dans la constitution: le pouvoir législatif (Sénat et Assemblée) est privilégié sur le plan protocolaire, Bensalah et Ould Khelifa sont à proximité du président. Le pouvoir exécutif est représenté par le PM Sellal et le ministre délégué Abdelmalek Guenaizia. Ce dernier est en même temps représentant de l’institution militaire dont le poids sur la scène politique est connu. Il partage cette fonction de représentation avec le chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah. Des trois pouvoirs constitutifs, le pouvoir judiciaire est absent du premier rang.  Où était placé le ministre de la Justice, Mohamed Charfi ? La réponse n’est pas très importante. La justice algérienne est devenue un rouage du régime, on est bien loin des affirmations solennelles de la constitution.

Que fait Saïd Bouteflika, le frère du président, au premier rang d’une cérémonie officielle ? A quel titre ? Certes, il occupe la fonction de conseiller au palais d’El Mouradia, mais il n’est pas le seul conseiller présidentiel. Faut-il pour autant déduire de cette singularité une ambition de succéder à son frère Abdelaziz ? Il est trop tôt pour le dire. Faut-il écarter ce scénario ? Tout est possible en Algérie. Saïd Bouteflika entame sa mutation en personnage public de premier rang, il se peut qu’il déclare sa candidature si les autres clans du pouvoir n’arrivent pas à se mettre d’accord sur le nom d’un successeur.

Parlons justement de quelques autres candidats potentiels à la magistrature suprême. L’ex-PM Ali Benflis (photo ci-jointe), candidat malheureux à la présidentielle de 2004 était présent. Il y avait aussi Mouloud Hamrouche, l’ancien PM du défunt président Chadli Bendjedid.

Le PM multirécidiviste Ahmed Ouyahia était là aussi. Ici, on le voit en compagnie d’Abdelmadjid Sidi Said, le secrétaire général de l’UGTA, l’union générale des travailleurs Algériens.

Et bien entendu, absence prévisible des chefs des services secrets sur les photos officielles. Pas de cliché du général de corps d’armée Mohamed Médiène et de ses adjoints les généraux majors Bachir Tartag ou Rachid Lallali. Les journalistes n’ont mentionné ni leur absence ni leur présence. Silence radio sur toute la ligne.

NB: Pouvoirologie est bien entendu inspiré de la Kremlinologie, l’étude et l’analyse de la politique et de la politique de l’ex-union soviétique. Kremlinologie était nommée d’après le palais du Kremlin qui était le siège du pouvoir soviétique. Alors pourquoi pas de Mouradialogie pour l’Algérie, tout simplement parce que l’intégralité du pouvoir algérien n’est pas uniquement situé au palais d’El Mouradia, la présidence ne détient pas tous les leviers de la décision.

Baki @7our Mansour

Vous pouvez me suivre sur Facebook: www.facebook.com/baki.hour (visible si vous êtes connecté) ou Twitter: www.twitter.com/!/7our

       

La copie de ce texte est autorisée à condition de mentionner un lien http vers l’article d’origine. Tous autres droits réservés.

Cette entrée, publiée dans Algeria, Politics, Security, est taguée , , , , , , . Bookmarquez ce permalien.

17 réponses à Pouvoirologie: Saïd Bouteflika au premier rang.

  1. 7our dit :

    Un article du journal El Khabar de ce mardi 27 novembre 2012 annonce qu’Ali Benflis a bel et bien commencé sa campagne. Il aurait entamé un cycle de consultations en privé. Et il aurait même reçu des garanties sur la non candidature d’Abdelaziz Bouteflika en 2014. Benflis aurait dit que sa défaite de 2004 avait été "programmée", sous-entendant par là une programmation par les services.

  2. Pingback: Some Recent Articles on North-West Africa | The Moor Next Door

  3. walik dit :

    l’article d’elkhabar a était démentie tu dois rajouté sa

    • 7our dit :

      J’ai lu indirectement qu’Ali Benflis avait démenti ce qui a été rapporté dans le journal El Khabar. La recherche du texte de démenti dans les archives d’El Khabar n’a malheureusement rien donné.

  4. MOHAND AKLI dit :

    sincerement toutes ces histoires débiles sur SAID BOUTEFLIKA,y’en a marre,c’est débile,et dégoutant a la fin,on a sortit sur ce Monsieur 1 millon de rumeurs/s.savez vous qu’il est conseiller spécial du président;et qui est tenu par le droit de réserve.sa puissance averéé ou fictive peut déranger je le consoit.surtout qu’on est en ALGERIE….!mais de grace laissez SAID BOUTEFLIKA,tranquille car tout cette polémique autour de sa personne,dérange beaucoup parceque ce n’est pas un militaire,comme larbi belkheir.mais on dit en haut lieu qu’il set le nouveau faiseur de ROIS,savez vous enfin que ce docteur en informatique option INTELLIGENCE ARTIFICIELLE,est un ami de STEVE BALLMER le BOSS DE MICROSOFT aux USA……?

    • 7our dit :

      N’y aurait-il pas une contradiction flagrante entre la posture affirmée au début du commentaire et ce qui est BALANCE après ?

      Saïd Bouteflika est une personnalité politique publique.
      A ce titre, les algériens ont le droit de savoir en quoi il va influencer leurs vies au quotidien.

      Désolé, mais votre commentaire qui abuse des lettres capitales ne m’impresionne guère.

      • MOHAND AKLI dit :

        Cher Monsieur,SAID BOUTEFLIKA,personne ne le connait vraiment,n’a jamais fait d’interviews,mais notre presse et les differrents sites online font du journalisme et se disent des pro de l’information sur des" ON DIT" "selon des informations" mais ce qui me désole vraiment,c’est la haine et les rumeurs malveillantes qu’on colporte contre sa personne,voilà tout.encore une fois je le redis sa puissance dérange beaucoup d’interets et ce qu’il veut faire pour notre beau pays font bcp de jaloux……….

      • 7our dit :

        Dans l’article ci-dessus, il y a des photos. Saïd Bouteflika n’avait pas à être au premier rang au vu de son poste. C’est pas des "ON DIT", c’est un "ON REGARDE" et on essaie de comprendre. Même si comme d’habitude cette observation irrite les thuriféraires qui veulent censurer toute critique.

  5. C’est le premier fois que j’écoute ce nom " SAID BOUTEFLIKA "

    • l'ombre dit :

      retenez bien ce nom,ca sera un personnage trés important dans la vie politique Algérienne dans le futur,et d’aprés un célébre analyste de la vie politique algérienne Rachid Grim,Said Bouteflika sera tot ou tard le Président de L’Algérie.

  6. la caste dit :

    c’est vrai que SAID BOUTEFLIKA,est un numéro qui compte bcp;et la plupart des ministres et walis lui doivent leur carriére.c’est une personne intelligente qui agit dans l’ombre et son pouvoir est trés important….

  7. mirages dit :

    salam,j’ai eu le docteur said boutef,comme prof à l’université;c’était parmi mes meilleurs professeurs d’informatique.effectivement il est spécialiste de l’intelligence artificielle.mais c’était un homme modeste gentil,mais sévére dans les études et juste avec ces étudiants.en plus d’etre discret et simple,mais quand il se retournait en face de nous dans l’amphitheatre on entendait les mouches voler.il forcait le respect.voilà, juste mon témoignage,mais j’ai entendu dire de ces anciens amis,qui étaient la plupart des kabyles,qu’il venait les voir de temps en temps.
    je pense qu’il faut rendre justice à des personnes qui meritent qu’on le rendent hommage..

    • ait ali dit :

      j’ai eu comme prof le Dr SAID,je dois dire qu’il était compétent sinon le meilleur en intelligence artificielle,simple meme trés,mais sévére dans les études,et demade beaucoup pour les étudiants.et dans les soutenances on avait peur de ces remarques;car intransigent et n’aimait pas la médiocrité.

      • 7our dit :

        Pouvez-vous nous dire combien d’articles de recherche en intelligence artificielle il a rédigé? J’ai beau chercher, je n’en trouve pas.

        Et quel est son avis sur les soupçons de corruption qui l’entourent depuis Wikileaks? Juste au cas où vous le connaîtriez suffisamment pour lui poser la question. Car à ce jour, il n’y a eu aucun démenti.

  8. le clan dit :

    celui qui est derriére l’éviction de Benflis de la vie politique c’est SAID BOUTEFLIKA,il à su à temps qu’il était un traitre,et c’est de là que Abdelaziz à sentit l’habilité de SAID et son intelligence politique.la meme chose pour Si Larbi Belkheir,Said et Abdelaziz ont bien joué la partition politique
    et mettre hors jeu l’ancien faiseur de rois,humilié et rabaissé en embassadeur du Maroc.chapeau les artistes……!

  9. Pingback: 10 observations sur la crise de l’été 2013 en Algérie. | Un regard averti sur l'Algérie et le Monde.

  10. Pingback: Deuxième année de ce Blog. | Un regard averti sur l'Algérie et le Monde.

Les commentaires sont fermés.